Hello la communauté,

Il paraît que l’enfer c’est les autres, en tout cas lorsqu’ils ont un mauvais déo ça ne fait aucun doute ! 🙂 L’odeur. Ce tabou fortement ancré dans le monde du travail est pourtant bien répandu. Il suffit de faire une recherche dans Google pour s’apercevoir que la situation semble concerner bien plus de monde qu’on ne le croit. Quand y on réfléchit, on a tous le souvenir d’un prof à l’haleine célèbre ou d’un collègue dont on détecte la présence yeux et oreilles bandés. Lorsqu’il s’agit en plus de son n+1, c’est autrement plus délicat à gérer. Avec la généralisation de l’openspace – espace dans lequel les odeurs se répandent encore plus vite que les rumeurs – le sujet est plus que jamais d’actualité. 🙊

Nous en avons discuté avec le Pool, lu des articles très sérieux sur le sujet (oui oui ça existe ); nous avons croisé les regards, le vécu, les expériences, et les « petits trucs ». Voici pour vous des pistes d’actions testées et approuvées pour vous aider à vous sortir d’une situation souvent bien délicate.

🔎 1. Utilisez le stratagème du « Je »

Evidemment, si vous êtes proche de votre collègue, vous pourrez plus facilement aborder le sujet. En revanche si vous n’avez pas cette proximité, il vous sera difficile d’aborder le sujet de manière frontale. Aussi appelée la technique du «miroir » par les communicants, il s’agit d’aborder le sujet en orientant la conversation sur vous.
Par exemple : parler de cette fois où une odeur désagréable régnait dans l’openspace et de la gêne que vous avez ressenti. Demandez lui alors : “Et toi qu’aurais-tu fais à ma place ?”

🤗 2. Parlez du sujet et jamais de la personne

C’est un sujet très personnel qui génère des émotions. Montrez votre empathie en montrant que c’est une situation qui pourrait arriver à n’importe qui, y compris vous. Le choix de vos mots est important : employez des formules liées aux faits comme « la dernière fois, j’ai remarqué que ». Attention cependant à ne pas oublier le point 1 : ne prêtez surtout pas vos propos à quelqu’un d’autre en disant par exemple « un tel m’a dit que ». Evitez encore plus les formules du genre « il paraît que », erreur fatale; vous risqueriez de vous transformer en artisan de la rumeur.
Et surtout, transmettez votre message en privé et de préférence en fin de journée pour laisser le temps au sujet (et aux émotions) de décanter.

😷 3. Le Joker non hiérarchique : le médecin du travail

Même si aucune loi dans le Code du travail ne permet à un employeur de sanctionner un employé pour son odeur, rien ne vous empêche d’en parler avec le médecin du travail. C’est même de son ressort et sera plus légitime que vous pour aborder le sujet : à la fois par son statut de médecin et du fait de sa position non hiérarchique.


Tu peux aussi retrouver toutes les réponses à la question “Comment dire à quelqu’un qu’il sent mauvais sans l’offenser ?” directement dans l’application.