Hello la communauté,

Nouer des liens d’amitiés avec un de ses collègues cela n’a rien de mal. Là où cela devient plus compliqué en revanche, c’est quand il s’agit de lui faire des reproches ou de lui dire ce qui ne va pas. Il ne faut pas que cette amitié vienne entraver le bon fonctionnement de l’équipe.
En effet, être le manager d’un collaborateur qui est également un proche nécessite d’éviter toute trace de favoritisme dans son comportement mais également (et surtout) aux yeux du reste de l’équipe.
Nous en avons discuté avec le Pool, nous avons croisé les regards, le vécu, les expériences et les « petits trucs ».
Pour éviter les comportements qui pourraient être perçus comme empreints de favoritisme, voici pour vous 3 bonnes pratiques à adopter au quotidien.

Maîtrisez votre langage corporel 🤗

Les gestes sont parfois plus fort que les mots. Lorsque vous interagissez avec vos collaborateurs, assurez-vous de vous comporter de manière à ne pas envoyer de mauvais signaux à votre équipe. Faites des gestes amicaux avec tout le monde ou ne les faites pas du tout.

Jouez la carte de la transparence🕵️‍♀️

Explicitez les raisons pour lesquelles vous attribuez certaines tâches à certains collaborateurs. Avant d’associer un collaborateur à une mission ou un nouveau projet, soyez clairs sur les paramètres que vous considérez. Cela réduira la perception de favoritisme et donnera de meilleures indications sur les facteurs qui motivent vos choix.

Sollicitez un avis extérieur 🔍

Pour mieux prendre conscience des signaux que vous envoyez à votre équipe, choisissez une personne de confiance, que vous percevez comme neutre et encouragez-la à vous prévenir si certains de vos comportements laissent entrevoir des signes de favoritisme.


Tu peux aussi retrouver toutes les réponses à la question “Comment expliquer une sous-performance à un membre de l’équipe, qui est également un proche, sans pour autant le casser face au niveau supérieur ?” directement dans l’application.